• Jeudi, c'est bibli

    Monticaillou, j'ai décidé de te parler d'une autre de mes passions (décidément Titbelsoeur, tu racontes toute ta vie ici hein !). J'adore lire, j'y passerais ma vie, en tous cas des heures.

    Mais d'abord je fais un grobizoute à ma copine Minouche qui vient grossir le rang de mes followers !! un gros ouelcomeuh à toi Minouche !!
     
    Donc pour commencer cette série bouquins, j'étais obligée de rendre hommage à un de mes écrivains préférés, Patrick Cauvin qui nous a quittés la semaine dernière. Dire que sa mort m'afflige serait exagéré, nous ne nous connaissions pas. Mais l'idée que je ne peux désormais que lire et relire ce qu'il a écrit sans plus rien attendre de nouveau... comment dire ? me désole est trop fort, mais bon ça me touche, c'est dommage, j'aurais voulu qu'il continue encore et encore, parce que j'ai bien aimé ses derniers romans, il avait complètement changé de registre sans pour autant se départir de ce que j'aimais dans son écriture, ce style inimitable, cet humour décapant, ce sens aigu de l'autodérision, ce sens de l'image qui fait qu'obligatoirement tu visualises la scène, une sorte de vision cinéma si tu veux...
    Alors on nous a dit partout qu'il était l'auteur de E=MC2 mon amour. Mouais, c'est un peu réducteur, je trouve... bon ok ils allaient pas nous dégainer toute sa biblio, ça aurait pris trop de temps, mais bon... l'a pas écrit que ça le garçon... enfin pour moi c'est pas son meilleur, voilà !


    Donc pour mon petit hommage perso, je vais te parler de mon préféré : "Nous allions vers les beaux jours".

    Sur la 4ème de couv', on lit :  "En 1944, la propagande nazie fit tourner un film destiné principalement aux représentants de la Croix-Rouge internationale, intitulé "Le Führer offre un village aux Juifs". On y voyait, dans une atmosphère de joie et de travail, évoluer des Juifs "heureux" dont la plupart fure exécutés après le tournage. Ce fut sans doute, par l'intermédiaire du cinéma, l'acte le plus cynique et le plus tragique de mystification qui ait été commis"

    L'histoire commence sur les bords de la Marne, avant la guerre (la 2ème), la vie est belle, notre héros est acteur de théâtre, bon pas toujours bien dans ses baskets, on a tous nos petits moments de solitude, comme quand il est obligé de porter le maillot de bain tricoté par sa mère... "Lorsque je ressors, j'ai l'impression que le fleuve baisse... Debout, j'ai peine à me redresser : j'ai la Marne entre les genoux..." mais bon, on vit et plutôt pas mal... Mais voilà, il est juif... Il sera déporté, et comme il est acteur... c'est lui qui sera choisi pour jouer dans le film de propagande. Celle qui jouera sa femme est actrice de cinéma. Ils seront ce couple "heureux"... Et petit à petit, une passion naît derrière les barbelés, un peu comme une fleur qui pousse dans la boue... parce que s'aimer dans un camp de concentration, forcément ça va tourner au drame. Et pourtant, au milieu des scènes poignantes, il ne peut jamais s'empêcher de noter le petit détail qui tue, le grain de sable qui enraye le bon déroulement de la montée en puissance du drame, ce besoin de prendre de la distance face à la douleur... ça détend toujours un peu, on ne sait plus trop pourquoi on pleure...


    Pour moi, ce livre est un monument ! Il y a 25 ans, ce type dont je n'avais jamais entendu parler est passé à Apostrophes, et Pivot a parlé de ce bouquin avec tellement de passion et de gourmandise que je me suis précipitée dans la première librairie pour l'acheter. Je me suis régalée à mon tour, et même si j'ai lu une quinzaine de ses bouquins, c'est celui-ci qui m'a le plus marquée... avec "Rue des Bons Enfants"... mais celui-là je t'en parlerai une autre fois.


    Dis-moi, Monticaillou, ça te plaît que je te raconte mes lectures ?

    « Enfin !Mon top 10 »
    Partager via Gmail Yahoo!

  • Commentaires

    1
    Jeudi 26 Août 2010 à 12:34
    je ne le connaissais pas celui là....
    2
    Jeudi 2 Septembre 2010 à 12:40
    Ca donne envie, c'est sûr! Finalement j'en ai lu plusieurs de cet auteur mais c'est bien loin tout ça! Un jour je m'y remettrai, chez moi c'est en dent de scie.
    A retenir ce titre
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :